Connectez-vous S'inscrire

Chine : faille de la censure, les internautes écrivent à Obama


De nombreux Chinois ont visité la page Google+ du président américain Barack Obama et posté des messages sur la situation des droits de l'Homme dans leur pays, tous ont bénéficié d'une faille dans la grande muraille électronique de la censure chinoise.



Les Internautes chinois écrivent à Obama
Les Internautes chinois écrivent à Obama
Pékin a mis en place une censure de l'internet, le «Great Firewall» depuis longtemps déjà et rappelons que Google+ est inaccessible en Chine, depuis son lancement en 2011.


Pourtant ces derniers jours, des internautes chinois, profitant d'une faille de sécurité, ont réussi à accéder a la page Google+ du président américain, sur laquelle ils ont laissé des commentaires sur les droits de l'Homme, la liberté, et l'obtention de la Green Card permettant de séjourner aux États-Unis.


«Beaucoup de gens ne comprennent pas pourquoi tant de Chinois veulent venir. Nous envions la démocratie et la liberté du peuple américain» ou «Nous ne sommes pas un peuple barbare, nous sommes juste étouffés» peut-on lire sur ces posts, certains internautes demandent aussi au Président américain d’aider à la libération de dissidents, comme l'avocat Chen Guangcheng, assigné à résidence, ou le prix Nobel de la paix Liu Xiaobo, actuellement en prison.


La plupart de ces messages sont rédigés en caractères mandarins simplifiés c'est à dire la langue utilisée sur le continent, et non à Hong Kong la plupart des commentaires sont similaires à ceux trouvés sur d'autres sites chinois de microblogging.


Dimanche, Google+ était accessible depuis certains appareils mobiles mais pas depuis les ordinateurs fixes, la faille venait peut être de ce type de connections.

Dominique Desaunay
27/02/2012
Lu 990 fois







Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 6 Septembre 2013 - 16:49 Cyber surveillance, la NSA casse les codes

Jeudi 5 Septembre 2013 - 15:50 La cyber-guerre syrienne

Vendredi 25 Janvier 2013 - 17:32 Berk le logiciel anti récidive des États-Unis