Connectez-vous S'inscrire

«Conflict-Free Smelter » pour la traçabilité des minerais en RDC, sources de financement des conflits


Pendant 5 ans, de 1998 à 2003, une guerre a déchiré la RDC et des luttes armées continuent pour le contrôle de ses richesses minières. En 2010, Barack Obama, a souhaité mettre en place des dispositions pour la gestion des minerais en zones de conflits armés.



«Conflict-Free Smelter »
«Conflict-Free Smelter »
Ces textes, appelés « loi Obama », concernant particulièrement l’étain, le tantale et le tungstène extraits à l’Est de la RDC, devraient entrer en vigueur le 1er Janvier 2012.


Mais déjà, de nouvelles règles viennent d’être adoptées pour stopper l’achat de ces minéraux, sources de financement des conflits et pousser les sociétés américaines à surveiller les conditions d'approvisionnement en matières premières.


Apple, HP et Intel ont pris la décision d’arrêter ou de s’assurer que leurs achats n’entretiennent pas des luttes armées. Ces firmes sont à l’origine de l’Electronic Industry Citizenship Coalition (EICC ), basée à Washington et de la Global eSustainability Initiative (GeSI ), dont le siège est à Bruxelles.


L’EICC et le GeSI doivent mettre sur pied un code éthique de bonne conduite, le «Conflict-Free Smelter» pour empêcher que l’achat des ressources minières ne deviennent des sources de financement de la guerre civile dans l’est du Congo.


Il faut savoir que la République démocratique du Congo qui dispose d’importantes ressources minières, fournit environ 5% de la production mondiale d’étain et fait partie des quatre pays d’Afrique centrale à l’origine de la production de 12,5 et 14% du tantale.


Mais voilà, la difficulté est de s’assurer que les minerais achetés n’ont aucun rapport avec un quelconque financement des groupes armés tout en empêchant la contrebande. Il a donc fallu installer un système de traçabilité.


« L’objectif est de savoir clairement d’où viennent nos minerais et de ne pas alimenter des conflits » a déclaréWendy Dittmer, porte-parole de l’EICC.


Une première opération de marquage des minerais est en cours dans le nord du Katanga mais c’est assez compliqué et il faudra plusieurs années pour l’étendre à d’autres provinces du pays.


Certains hommes d’affaires des régions concernées pensent que ces dispositions ne suffiront pas pour mettre fin aux trafics des « minerais de sang » en raison d’autres possibilités offertes par les pays limitrophes pour blanchir ces minerais. De plus, les artisans congolais vont subir les retombées des contraintes liées à la nouvelle législation ainsi que les familles de l’Est congolais vivant de ces matières premières


« Enough Project » a publié fin 2010 un rapport sur les minerais des zones de conflit. Un classement des grands de la High Tech a été entrepris. Il prend en compte la politique de chaque compagnie pour identifier les fournisseurs, l’origine des minerais ou encore leur politique de développement d’une traçabilité et de travail avec les ONG.


D’après ce rapport aucune des compagnies analysées n’a atteint le seuil de 35% d’efforts selon les critères de «Enough Project».

la_tracabilite_des_minerais_de_sang.mp3 la traçabilité des minerais de sang.mp3  (2.32 Mo)




CONGO'S CONFLICT MINERALS


Video directed and produced by Robert Padavick. Editing and animation by Jeff Trussell.
Copyright 2009 Center for American Progress.


Dominique Desaunay
12/04/2011
Lu 1547 fois







Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Janvier 2013 - 12:52 Le CNN 2.0 est annoncé

Vendredi 11 Janvier 2013 - 16:59 Manif pour Tous, bataille rangée sur le web