Connectez-vous S'inscrire

Emeutes en Angleterre : la justice britannique a-t-elle frappé trop fort?


En Angleterre, deux jeunes gens ont été condamnés à quatre ans de prison pour incitation aux troubles via les réseaux sociaux. Cette sévérité de la justice britannique ne fait pas l’unanimité y compris au sein de la coalition au pouvoir.



Emeutes en Angleterre
Emeutes en Angleterre
Le 7 août 2011, suite à la mort de Mark Duggan tué au cours d'une descente de police, l'Angleterre a connu pendant plusieurs jours de violentes émeutes qui se sont étendues à plusieurs villes du pays.


Cinq personnes ont perdu la vie, et plus de 1700 personnes ont été interpellées dans le cadre de ces violences, les plus graves depuis les émeutes raciales des années 1980.



La justice britannique, qui siège nuit et jour depuis les émeutes a condamné Jordan Blackshaw, 20 ans, qui avait créé un événement sur Facebook intitulé «Détruire la ville de Northwich» à 4 ans de prison. Même peine pour Perry Sutcliffe-Keenan, 22 ans, qui avait appelé à une émeute dans son quartier à Warrington, en ouvrant une page Facebook appelée «Organisons une émeute». La peine est lourde: quatre ans de prison. Ces messages ont provoqué "une panique considérable et un sentiment de révolte au sein des quartiers", a déclaré le procureur devant le tribunal de Chester, dans le nord-ouest de l'Angleterre.


Un responsable de la police locale, Phil Thompson, a défendu les peines infligées en rappelant le rôle pris par les réseaux sociaux dans la propagation des émeutes. Le criminologue Roger Graef parle d’une «injustice légalisée».


Plusieurs ONG et avocats dénoncent des sanctions disproportionnées. «Certaines condamnations sont complètement disproportionnées», estime Sally Ireland, de l’association Justice.



Dominique Desaunay
18/08/2011
Lu 937 fois







Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 28 Décembre 2012 - 15:00 Beidou versus GPS, la nouvelle guerre des étoiles

Jeudi 6 Décembre 2012 - 16:58 Li Fi quand la lumière remplace le Wifi