Connectez-vous S'inscrire

En 2013 l’ordinateur imparfait


Une nouvelle génération de microprocesseurs fait son apparition pour réaliser des ordinateurs moins chers à fabriquer, encore plus petits, moins énergivore, de plus en plus rapides, leur secrets ? Ils sont capables de commettre des erreurs. En 2013, l’ordinateur imparfait sera pourtant fiable.



Nos ordinateurs, grâce à leur microprocesseur, sont d’une précision redoutable, jamais les machines ne se trompent et l’exactitude dont fait preuve la moindre tablette nous permettrait d’envoyer les yeux fermés une fusée sur Mars. Pour autant, nous n’envoyons pas tous les jours un robot Curiosity sur la planète rouge...


Pendant des décennies, l’industrie informatique a œuvré pour que les ordinateurs soient de plus en plus performants, plus puissants, plus fiables avec comme conséquence une débauche de puissance informatique dont nous n’utilisons qu’une faible partie.


La consommation énergétique grandissante de ces machines est une dépense bien inutile au regard de l’usage que nous en faisons. Selon Frédéric Bordage, spécialiste de l’informatique écologique, animateur de GreenIT.fr   co-fondateur de l’Alliance Green IT (AGIT), et du Green code Lab, " une haute précision n’est pas toujours nécessaire. Par exemple, dans l’affichage d’une photo ou d’une vidéo, l’œil ne verra pas les petites altérations, en contrepartie, dès que l’erreur devient tolérable, il y a de fortes économies à la clé ".


Quand le processeur se trompe, avec une erreur moyenne de seulement 0,25%, la consommation d’énergie peut être alors divisée par 3 ou 4. Il est faux de croire que les processeurs classiques ne commettent jamais d’erreurs, ils le font en permanence et ont besoin de circuits de correction complexes et gourmands en énergie pour produire un résultat juste. Réduire l’usage de ces circuits spécialisés augmente leur efficacité et ils se révèlent plus rapides tout en économisant l’énergie nécessaire à leur bon fonctionnement.


Pouvons-nous admettre et concevoir que des machines soient imparfaites ? Oui, ces processeurs aux calculs inexacts ne sont plus à inventer, le principe en est simple, il consiste à accepter un certain taux d’erreurs et à le gérer au mieux. La méthode de gestion des erreurs est réalisée de façon aléatoire, ce qui a donné le nom de " microprocesseurs probabilistes ", à ce nouveau type de circuit électronique.


On est très loin d’une curiosité de laboratoire, concrètement, les nouveaux circuits équipent déjà près de 50 000 tablettes qui seront distribuées d’ici à trois ans en Inde. Ces appareils, sont réservés pour le système éducatif, leur prix unitaire est de 45 $ avec écran tactile. Selon, Krishna Palem, professeur à l’université Rice, cette année, l’I-Slate sera équipée de la nouvelle génération de processeurs probabilistes, et fonctionnera à l’énergie solaire grâce à des mini-panneaux comme ceux des calculettes de poche


En 2013, l’erreur ne sera pas plus simplement humaine, nous la partagerons, aussi avec nos ordinateurs.

en_2013_l_ordinateur_imparfait.mp3 En 2013 l’ordinateur imparfait.mp3  (2 Mo)


parag_imprecise_arithmetic.pdf Parag_Imprecise_Arithmetic.pdf  (248.63 Ko)




Dominique Desaunay
14/01/2013
Lu 6469 fois







Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 13 Décembre 2012 - 14:37 Des vêtements électrogènes

Dimanche 2 Septembre 2012 - 10:45 Nourrir les humains sans dilapider l'eau