Connectez-vous S'inscrire

France Google : Calme relatif après la tempête médiatique


Les représentants de Google France avaient rendez-vous ce vendredi avec des membres du cabinet de Fleur Pellerin, la ministre déléguée PME, innovation et économie numérique, pour discuter du projet de taxation des moteurs de recherche et savoir comment la firme envisageait de se conformer aux recommandations des CNIL européennes concernant la protection des données personnelles de ses usagers.



Dans la journée de vendredi et avant la rencontre, Fleur Pellerin, la ministre déléguée déléguée PME, innovation et économie numérique en déplacement à Berlin avait tenu à calmer le jeu : "Ce qui m'intéresse, c'est de voir s’établir une discussion constructive entre les éditeurs de presse et Google, une discussion apaisée pour voir de quelle manière les éditeurs et Google pourraient se mettre d'accord sur un arrangement - y compris financier - pour le référencement des articles". A la sortie de la réunion, Olivier Esper, le directeur des relations institutionnelles de Google France a répété à la presse ce que la firme avait déjà déclaré la veille "le projet de loi comme celui proposé en Allemagne et tel que celui poussé en France par certains éditeurs de presse serait néfaste pour internet et pour les internautes".


Puis le représentant de Google France a tempéré ses propos en ajoutant : "Nous sommes heureux d'avoir pu partager notre analyse aujourd'hui avec le cabinet de la ministre. Nous avons surtout insisté sur notre souhait de prolonger la collaboration avec les éditeurs de presse française".


Rappelons que jeudi, Google avait menacé de ne plus afficher les liens renvoyant vers les médias français si la taxe sur les moteurs de recherche, actuellement à l'étude au gouvernement, devait voir le jour.


En revanche, rien n’a filtré des discussions sur comment le géant de l’internet comptait se conformer aux recommandations des CNIL européennes concernant ses règles de confidentialité jugées "non conformes" avec la législation européenne sur la protection des données personnelles et le cabinet de la ministre n'a fait aucune déclaration à l'issue de la réunion.


Comme on peut le constater, la "discussion constructive " entre les éditeurs de presse et Google reste dans une impasse…Un calme plat, bien relatif, avant la tempête ?


"Taxe néfaste pour internet", estime Google par afpfr


Dominique Desaunay
20/10/2012
Lu 728 fois







Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Janvier 2013 - 12:52 Le CNN 2.0 est annoncé

Vendredi 11 Janvier 2013 - 16:59 Manif pour Tous, bataille rangée sur le web