Connectez-vous S'inscrire

Hillary Clinton : le secteur privé d'internet de doit pas traiter avec les dictateurs


Le secteur privé est le «protecteur de la liberté sur internet». C’est ce qu’a déclaré à La Haye la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton, en appelant les grandes sociétés du secteur à ne pas traiter avec les régimes totalitaires.



Hillary Clinton : internet, ne pas traiter avec les dictateurs
Hillary Clinton : internet, ne pas traiter avec les dictateurs
À l’occasion de l'ouverture de la réunion ministérielle de La Haye sur la liberté d'expression sur internet, à laquelle participaient des représentants d'une vingtaine de pays, de nombreuses ONG ainsi que des cyber-activistes, Hillary Clinton a déclaré «Le premier défi pour le secteur privé est d'embrasser son rôle en tant que protecteur de la liberté sur internet» (…) «Des produits et services de sociétés ont été utilisés comme outils d'oppression», a déploré la chef de la diplomatie américaine. (…) De nombreux activistes en Syrie, Libye et Iran utilisent les réseaux sociaux sur internet pour organiser les protestations contre les régimes de leurs pays.


Mais des entreprises auraient remis des informations sensibles sur des dissidents à des gouvernements ou auraient fermé des comptes de réseaux sociaux de militants impliqués dans le débat politique
», a-t-elle poursuivi.


Selon la secrétaire d’Etat américaine «Quand des sociétés vendent des équipements de surveillance aux services de sécurité en Syrie, ou en Iran, ou dans le passé à Kadhafi, il n'y a aucun doute que ceux-ci seront utilisés pour violer des droits». D’autre part, elle estime que les «sociétés intelligentes» devraient décider de ne pas traiter avec de tels régimes avant même que cela ne leur soit demandé par leurs gouvernements.


Pour la cyberdissidente thaïlandaise Chiranuch Premchaiporn directrice du journal en ligne Prachatai, «c'est très important que quelqu'un comme Hillary Clinton prenne la parole au sujet de la liberté de l'internet mais il est plus important d'agir que d'en parler».


La secrétaire d'État a également mis en garde contre d'éventuelles barrières nationales pour l'internet, que tentent d'imposer certains régimes. «Plus de contrôle de la part des gouvernements va réduire encore plus ce que les gens peuvent faire en ligne dans des environnements répressifs», a-t-elle poursuivi. «Ce serait également désastreux pour l'internet dans son ensemble car cela réduirait le dynamisme de l'internet pour tout le monde».

Dominique Desaunay
11/12/2011
Lu 984 fois







Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Janvier 2013 - 12:52 Le CNN 2.0 est annoncé

Vendredi 11 Janvier 2013 - 16:59 Manif pour Tous, bataille rangée sur le web