Connectez-vous S'inscrire

La technologie nuit gravement à l'humanité selon Cambridge


Plus fort que le calendrier des Mayas prédisant la fin du monde pour le 21 décembre 2012, l'Université de Cambridge, ouvre le centre d’étude du risque existentiel chargé d’enquêter sur dangers que font courir les technologies à l’espèce humaine. La disparition de l’homme au profit de machines ultra intelligentes est sérieusement envisagée par la communauté scientifique.



L'intelligence artificielle un danger pour l'Humanité ?
L'intelligence artificielle un danger pour l'Humanité ?
Le centre d’étude du risque existentiel doit présenter ses premiers travaux courant 2013. Le projet de Cambridge sur un centre des risques existentiels est une initiative conjointe d’un philosophe, d’un scientifique et d’un entrepreneur du web et des logiciels.


Jaan Tallinn est le co-fondateur de Skype, le célèbre système de visiophonie sur internet, Martin Rees est professeur de cosmologie et d’astrophysique, Huw Price est professeur émérite de philosophie.


Etudier ce qui pourrait mettre un terme à l’aventure de l’espèce humaine sur la planète, quel drôle d’idée ? Cambridge, l’une des plus prestigieuses universités du monde, par la voix de Huw Price explique pourquoi les scientifiques s’intéressent au sujet : " Nous arrivons au point où nos technologies ont le potentiel de menacer nos existences…à un point jamais atteint jusqu’à aujourd’hui dans l’histoire humaine. "


Le CSER s’intéressera à toutes les sciences, mais les trois experts estiment que parmi les technologies actuelles, celle qui menace le devenir de l’humanité, concerne les ordinateurs et les robots dotés d’intelligence artificielle.


Afin d’étayer leur propos, ils se référent aux articles du mathématicien et cryptographe, Irving John Jack Good, un pionnier de l’ingénierie informatique. Ce savant qui était ami avec Alan Turing, le père fondateur de l’informatique moderne, décrivait en 1965 dans un article de la revue New Scientist, l’invention prochaine de la première machine ultra-intelligente.


Selon le scientifique, la survie de l’homme dépendait de la construction d’un super ordinateur ultra-intelligent. Toutefois, le chercheur à l’époque prévenait que si l’on parvenait à concevoir cette machine, ce serait alors notre "dernière invention " car inévitablement elle conduirait à une " explosion d'intelligence " fulgurante et exponentielle de machines auto génératives, capables de se fabriquer et de s'améliorer sans l’aide de l’homme.


Nos trois experts du centre d’étude du risque existentiel estiment que c’est pour bientôt : les développeurs de logiciels ne créent plus au 21eme siècle des programmes informatiques dédiés à telle ou telle tâche, mais des systèmes intelligents qui conçoivent d’autres programmes informatiques, comme c'est le cas des systèmes experts qui, en une nanoseconde, prennent des décisions boursières, sans aucune intervention humaine.


L’ancien co-fondateur de Skype Jaan Tallinn sur la page d’accueil du CSER se montre franchement pessimiste, il affirme qu’actuellement, il a plus de probabilité de mourir d’un accident d’intelligence artificielle que d’un cancer ou d’un problème cardiaque.


La machine est donc l’avenir de l’homme, reste à déterminer quand, elle prendra sa place.

speculations_on_perceptrons_and_other_automata_by_i_j_good.pdf Speculations on perceptrons and other automata by I J Good.pdf  (4.23 Mo)
the_singularity_institute_intelligence_explosion.pdf The Singularity Institute Intelligence Explosion.pdf  (231.79 Ko)
l_universite_de_la_fin_du_monde.mp3 CSER sur dangers que font courir les technologies à l’espèce humaine.mp3  (2.13 Mo)




New Scientist - 15 avr. 1965 Irving John Good Logic of man and machine, pages 182, 183 is a research fellow in computer science...



Dominique Desaunay
29/11/2012
Lu 2873 fois







Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Mars 2013 - 17:32 Des cerveaux (de rats) interconnectés

Jeudi 13 Décembre 2012 - 10:13 Visiocasque FlyViz : une vue à 360°