Connectez-vous S'inscrire

Le phénomène Internet et Facebook en France vu par l’Ifop


La dernière étude de l’Ifop sur l’accès des Français à internet fait le point sur le développement des pratiques au sein des différentes couches de la société et qualifie l’ampleur du phénomène Facebook. La fracture numérique s’estompe dans sa dimension sociale mais reste prononcée dans sa dimension générationnelle



Internet et Facebook en France vu par l’Ifop
Internet et Facebook en France vu par l’Ifop
Une étude réalisée par l'Ifop met en évidence à la fois la diffusion élargie d’internet au sein des différentes catégories sociales et les différences qui subsistent entre générations.


Les jeunes (15-24 ans, et à un degré moindre 25-34 ans) sont ultra connectés et très largement impliqués dans Facebook, les tranches d’âge intermédiaires (35-64 ans) sont largement connectées mais moins investies dans ce réseau social, et les séniors restent encore majoritairement à l’écart du média internet.


La fracture numérique continue de se réduire

Trois Français sur quatre sont aujourd’hui utilisateurs d’internet alors qu’ils n’étaient encore qu’un sur deux il y a cinq ans. Cette diffusion élargie s’accompagne d’une réduction de la « fracture numérique », laquelle se concentre aujourd’hui autour du facteur générationnel : les 15-24 ans sont quasiment tous connectés (98% d’internautes), les tranches 25-34 ans et 35-49 ans le sont massivement (respectivement 92% et 87%), les 50-64 ans encore très majoritairement (71%) mais la part d’internautes reste franchement minoritaire chez les 65 ans et plus (36%).


Le niveau et le mode de vie sont d’autres facteurs de disparités en matière d’accès à internet, mais dans une bien moindre mesure : si la part d’internautes est particulièrement élevée dans les catégories sociales supérieures (98%) et intermédiaires (97%), dans les foyers comprenant des enfants (91%) ainsi que dans l’agglomération parisienne (84%), elle est à présent aussi au dessus de la moyenne nationale chez les ouvriers (84% contre 75% pour l’ensemble des Français, soit 9 points de gagnés en 2 ans) et moins en retrait qu’on ne pourrait s’y attendre en zone rurale ou en agglomération de moins de 20000 habitants (73%).


Le développement de l’utilisation d’internet se traduit par ailleurs par une augmentation de la fréquence de connexion : la part d’internautes indiquant se connecter « plusieurs fois par jour » a ainsi augmenté de 6 points en un an pour atteindre 59%, une évolution vraisemblablement portée par le développement des usages en mobilité et des pratiques liées aux réseaux sociaux. Les utilisateurs les plus fréquents sont les jeunes, les professions intellectuelles, les habitants des grandes agglomérations et les diplômés de l’enseignement supérieur, signe que la fracture relevant des usages subsiste plus fortement que celle relevant de l’accès.


Facebook est fréquenté par plus d’un tiers des Français mais s’intègre surtout au mode de vie des plus jeunes

La fréquentation de Facebook est devenue massive en France : 36% des Français âgés de 15 ans et plus déclarent aujourd’hui posséder un compte sur ce réseau social. Facebook s’inscrit particulièrement dans les pratiques des jeunes générations :


- 83% des 15-24 ans possèdent un compte, contre 62% chez les 25-34 ans, 31% chez les 35-49 ans, 16% chez les 50-64 ans et 4% chez les 65 ans et plus


- 67% des Facebookers de 15-24 ans s’y connectent quotidiennement, dont 43% plusieurs fois par jour, alors que la part de connexions quotidiennes décroit fortement avec l’âge : 58% chez les 25-34 ans, 40% chez les 35-49 ans, 33% après 50 ans.


Au-delà de ces spécificités liées à l’âge, on note que la pratique de Facebook est plus développée en région parisienne - où 47% des adultes déclarent posséder un compte - que dans les autres grandes villes (37%), les agglomérations de taille moyenne (33%) et en zone rurale (30%). Par ailleurs, si la part des utilisateurs de Facebook est à peu près la même chez les hommes et les femmes (35% et 36% respectivement), ces dernières se montrent plus actives sur ce réseau social : 58% de celles qui y possèdent un compte se connectent tous les jours, contre 50% chez les hommes.


Le phénomène de l’affiliation aux marques sur Facebook est porté par les jeunes publics

Près d’un quart (23%) des utilisateurs de Facebook « aiment » au moins une marque ayant une page sur le réseau social. La proportion monte à 35% chez les Facebookers de 15-24 ans, est en phase avec la moyenne nationale (23%) chez les 25-34 ans et chute fortement dans les tranches d’âge supérieures : 13% chez les 35-49 ans, 2% au-delà. Les plus jeunes (15-24 ans) se montrent par ailleurs les plus enclins à aimer un grand nombre de marques : 19% aiment 3 marques ou plus, contre 6% en moyenne dans les autres tranches d’âge.


Les femmes sont plus nombreuses à aimer des marques sur Facebook : 26% contre 19% chez des hommes.

Globalement les « likers » de marques se répartissent en trois groupes quant à leur fréquence de consultation des contenus diffusés par les marques sur leur page : un tiers les consulte très régulièrement soit au moins 3 fois par semaine, un tiers de façon plus épisodique mais plusieurs fois par mois, et un tiers rarement ou jamais.


Cette étude a été réalisée du 14 au 23 décembre 2010 auprès d’un échantillon de 2008 personnes représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus. Les interviews ont été réalisées par téléphone, sur lignes fixes et portables. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas : sexe, âge, profession du chef de ménage, après stratification par région et catégorie de commune.

Dominique Desaunay
01/03/2011
Lu 2236 fois







Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 11 Octobre 2013 - 16:48 Les Fab Lab africains réinventent l’imprimante 3D

Mardi 15 Janvier 2013 - 10:20 Grand Corps Virtuel ou le voyage immobile