Connectez-vous S'inscrire

Le ".xxx" pour les sites pornographiques : la dernière ligne droite


Un millier d'experts de l'internet sont réunis à Carthagène en Colombie pour préparer la transition entre l'actuel protocole IPv4 et le protocole à venir, IPv6 qui reste encore très peu utilisé. Ils ont aussi lancé des appels en faveur de la création d'un domaine «.xxx» pour les sites à contenus pornographiques.



Conférence de Carthagene
Conférence de Carthagene
Selon des chiffres de l'ONG ICSR (Internet Engagement social et Responsable), la pornographie sur internet génère 3.000 dollars (2.266 euros) par seconde dans le monde, et le terme «sexe» représente un quart des recherches les plus fréquentes sur la toile.


La 39e réunion de l'Icann , l'organisme basé en Californie qui réglemente les noms de domaine du monde entier, devrait donner aujourd’hui vendredi son feu vert à l'approbation du domaine «.xxx», pour rassembler les pages à contenus pornographiques.


Pour Carmen Sanchez, porte-parole de l’ICSR «Vu qu'on ne peut pas lutter contre le secteur de la pornographie sur internet, un monstre à mille têtes dont les propriétaires font des milliards de dollars de bénéfices chaque jour, nous demandons qu'ils soient socialement responsables et qu'ils adoptent des codes éthiques». Et de poursuivre «Nous aurions une sorte de zone rouge sur le web où, sous le grand nom de +.xxx+ nous pourrions identifier clairement ces pages comme étant celles qu'on ne veut pas que nos enfants voient, et nous pourrions les bloquer sur l'ordinateur».


Quant à Suart Lawley, de la société ICM Registry , propriétaire du domaine «.xxx», il affirme «Un domaine exclusif pour les divertissements pour adultes a des avantages parce que cela permet un plus grand contrôle sur le contenu et, de plus, pour chaque page web qui intègre notre domaine, nous donnerons 10 dollars (7,5 euros) pour financer des initiatives de protection de l'enfance». Selon lui, tout comme l'industrie aéronautique a son domaine «.aero», et le mouvement coopératif «.coop», l'industrie pornographique devrait pouvoir utiliser «.xxx». ICM Registry réclame depuis 2004 la création du nom de domaine, qui lui promet des gains importants, sur la base d'un prix de 60 dollars par adresse.


Si l'Icann approuve la création du domaine «.xxx», 500000 sites pourraient s'inscrire en 2011. L'organisme a démenti que ce retard soit dû à des pressions de groupes religieux et conservateurs américains qui militent contre la création du domaine, accusé d'accélérer la banalisation de la pornographie. L'Icann a au contraire revendiqué sa neutralité dans le débat.


«L'arrivée sur le web de nouveaux domaines génériques est nécessaire pour promouvoir la concurrence, l'innovation, et la possibilité pour le consommateur d'accéder sainement (à des contenus) et avec des mesures appropriées de protection qui minimisent les risques», a déclaré Rod Beckstrom, président de l’Icann.

president_s_report.pdf President's Report.pdf  (297.05 Ko)


Dominique Desaunay
10/12/2010
Lu 1105 fois







Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 11 Octobre 2013 - 16:48 Les Fab Lab africains réinventent l’imprimante 3D

Mardi 15 Janvier 2013 - 10:20 Grand Corps Virtuel ou le voyage immobile