Connectez-vous S'inscrire

Les Fab Lab africains réinventent l’imprimante 3D


Fab Lab est l’abréviation de Fabrication et de Laboratoire. Ces ateliers de bricolage High-tech, se développent en Afrique. Ils intègrent des machines-outils pilotées par ordinateur permettant de créer toute sorte d’objets des plus simples, aux plus compliqués. Au « WoeLab » de Lomé au Togo, on fabrique même des imprimantes 3D à partir des déchets informatiques récupérés dans les décharges...



Grâce à ces Fabuleux Laboratoires , la chaise, le poste de radio, la télé, les vêtements, le Smartphone, ne seront plus fabriqués dans des usines et distribués en magasin, mais créés à la demande, directement chez vous. C’est le concept des Fab Lab, abréviation de fabrication et de laboratoire.

Ces ateliers du 21ème siècle, sont équipés de machines-outils, souvent d'imprimantes 3D, afin de produire tout ce que vous désirez. Une fraiseuse permet de sculpter des pièces, une scie de précision taille le plastique, le papier ou du carton, une machine de découpe laser, travaille le métal, le bois et bien d’autres matériaux. Le tout est piloté par ordinateur et les plans de fabrication s’échangent sur le Web, chaque idée de production est partagée avec la communauté.


Le concept de ces manufactures numériques, imaginé en 2004 au MIT, l’Institut de Technologie du Massachussetts, a conquis les États Unis, l’Europe, l’Asie mais surtout l’Afrique où l’on produit, en petites quantités, des pompes à eaux, du matériel agricole, des antennes paraboliques et même des turbines à vapeur, par exemple.


Ces laboratoires High-tech s’implantent dans des quartiers défavorisés, comme celui de Djidjolé à Lomé au Togo. Baptisé Woelab par ses créateurs, qui revendique, sur le site qui lui est dédié, être le "premier espace africain de démocratie technologique"en prônant le partage du savoir, la  diffusion d'un LowHighTech accessible à tous, une assistance mutuelle et bénévole, ainsi que l'accompagnement technologique gratuit pour les artisans du quartier.


Dans ce Fab Lab remarquable, on fabrique et on invente, du plus simple au plus complexe, comme cette imprimante 3D réalisée avec des éléments récupérées dans les décharges de la ville. L’appareil fournira des pièces de rechanges, ou d’autres objets en plastique à la population locale. « Je veux montrer que l’Afrique a sa place dans le domaine des hautes technologies, nous aussi nous savons innover » explique son inventeur.


D’autres projets sont en cours, comme des ordinateurs issus du recyclage, installés dans des jerricanes, qui, une fois en réseau, serviront de centres de données aux habitants du quartier...


Aux dernières nouvelles, l'Africaine d’architecture, le WoéLab de Lomé, et l’École Supérieure d'ingénierie, d’Architecture et d’Urbanisme du Mali, viennent de lancer l'ESIAU-LAB, un nouveau département Laboratoire de Fabrication Numérique à Bamako. Une preuve de plus que les néo-artisans africains, dans leur Fabuleux Laboratoire, ont pris de l’avance, en maitrisant des technologies qui étaient jusqu’à présent,  l’apanage des grands instituts informatiques mondiaux.

les_fab_lab_africains_reinventent_l_imprimante_3d.mp3 Les Fab Lab africains réinventent l’imprimante 3D.mp3  (1.67 Mo)




Dominique Desaunay
11/10/2013
Lu 4874 fois







Dans la même rubrique :
< >

Mardi 15 Janvier 2013 - 10:20 Grand Corps Virtuel ou le voyage immobile

Samedi 15 Décembre 2012 - 16:51 Décès du co-inventeur du code-barres