Connectez-vous S'inscrire

Les bulles numériques du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême


En janvier 1974, la municipalité d’Angoulême en France ouvrait le 1er " Salon international de la bande dessinée ". Cette année, il a lieu du 31 janvier au 3 février. Les 40 ans du Festival prouvent que la BD, cet art majeur, est passée résolument à l’ère du numérique.



La question revient tous les ans et tient salon, le numérique est-il une menace ou une nouvelle opportunité pour l'édition ? En fait, ni l’un ni l’autre estime depuis sa création et aujourd'hui à Angoulême, la maison d'édition Belge de bande dessinée, Sandawe.com : internet, le papier et le numérique se côtoient en parfaite synergie !

Sandawe.com, est une maison d’édition de bande dessinée communautaire basée sur le financement participatif ou " crowdfunding ", permet à des auteurs de bande dessinée de faire financer leurs projets directement par les internautes. Remarquons que le sandawe est une langue tonale parlée dans la région de Dodoma, en Tanzanie, selon  Wikipedia.


Patrick Pinchart, l'éditeur de la plateforme, ancien rédacteur en chef de " Spirou " et éditeur aux éditions Dupuis, s’est donné comme objectif de transformer des projets de BD en succès de librairie.


Concrètement comment fonctionne la plateforme collaborative conçue pour soutenir les projets de BD ? Les ouvrages proposés par les auteurs sont sélectionnés par l’éditeur en ligne. Les internautes ou " édinautes " les soutiennent financièrement. Une fois l'album financé puis réalisé, il est édité à la fois en version papier, les livres sont imprimés avec reliure cousue, sous couverture cartonnée et en version numérique soit pour les tablettes et les Smartphones, soit sur le Web. Enfin l’ensemble de la communauté s’implique lors de la sortie de l’album pour en faire la promotion.


Pourquoi ce système rencontre un tel succès ? C’est une communauté qui rassemble des passionnés, grand consommateurs d’albums, puis les internautes reçoivent des bonus : ex-libris, tirages sur toile, reproductions de planches inédites, les " édinautes " ont aussi une relation privilégiée, forte, avec les auteurs.et surtout une partie des bénéfices des ventes.


Plus généralement, l’essor sur Internet du financement participatif , s'explique facilement : ce concept est aussi vieux que la tontine consistant à financer collectivement un bien pour le compte d’une personne, cette pratique est bien connue en Afrique, elle a trouvé naturellement sa place sur Web, qui est par essence participatif, basé sur l’échange entre tous.


Le 40éme Salon international de la bande dessinée d’Angoulême du 31 janvier au 3 février démontre que la BD, cet art majeur, est passée résolument à l’ère du numérique et de la mobilité. L’application iPhone du Festival " bdangouleme " permet à chaque utilisateur de préparer au mieux sa visite : programme, événements heure par heure, billetterie, plan interactif, bons plans SNCF, extraits des albums de la Compétition Officielle, fil d’actualité en direct, réseaux sociaux ...


Sa nouvelle version s’enrichit de plusieurs fonctionnalités comme les expositions virtuelles où chaque utilisateur a rendez-vous, avec les principales expositions du Festival, et un choix de planches inédites, de commentaires exclusifs signés des auteurs ou des commissaires de ces expositions.


L'application offre de la géolocalisation pour ne plus se perdre dans le Festival, et la fonction " En ce moment " dresse la liste des événements mis à jour en temps réel. Enfin le bouton " En direct " permet de rester connecté avec l’actualité et suivre  les live tweets du Festival, les infos et les photos prises sur le vif, sans oublier les vidéos inédites et les coulisses de la 40e édition.
 

sandawe_patrick_pinchart.mp3 Sandawe Patrick Pinchart.mp3  (527.25 Ko)




Spécial 40e : je me souviens de...Sur la La WEB TV du Festival

La mémoire en vidéo de 40 ans de Festival, une série de films courts de Benoît Peeters sur une musique originale de Bruno Letort en hommage aux auteurs lauréats du Grand Prix.

Franquin, Grand Prix 1974


Dominique Desaunay
31/01/2013
Lu 7413 fois







Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 26 Août 2012 - 10:51 Neil Armstrong au panthéon des étoiles