Connectez-vous S'inscrire

Megaupload revient, il sera indestructible, fanfaronne Kim Dotcom sur Twitter


C’est ce qu’affirme le fondateur de MegaUpload dans un tweet, narguant une fois encore, les États-Unis qui veulent le juger pour violation des droits d'auteur sur internet.



Kim Schmitz  est un sacré phénomène, ses messages narquois sur Twitter agacent la justice américaine, il promet le retour du site MegaUpload dans une version, selon lui,  "indestructible" et la création d'une boutique de musique en ligne .


"Je sais ce que vous l’attendez tous. Il arrive. Cette année. Juré. Plus gros. Plus performant. Plus rapide. 100% sécurisé et indestructible", écrit Kim Dotcom. En juillet déjà, dans un précédent tweet, il affirmait : "Mega reviendra et il sera indestructible ".


Kim Schmitz annonce également le lancement cette année de Megabox, un ensemble de boutiques de musiques en ligne façon iTunes, et promet aux artistes de toucher 90% de droits d’auteur en se passant des services des maisons de disque. "Oui... Megabox arrive cette année", a-t-il twitté derechef.


En revanche aucun message concernant le financement d’un MegaUpload "indestructible" ou le lancement de la plateforme musicale, rappelons que la justice néo-zélandaise a gelé la plupart des avoirs de Kim Schmitz et saisi ses comptes


Pour mémoire, l’homme d'affaires allemand Kim Schmitz, alias "Kim Dotcom" est le fondateur du site de téléchargement MegaUpload qu’il a créé en 2005 et installé à Hong Kong. Les États-Unis l’accusent d'avoir proposé des copies piratées de films, de programmes télévisés, de musiques, de logiciels et bien d'autres contenus.


Les fraudes de Kim Dotcom lui ont permis d’amasser une petite fortune estimée à 140 millions d'euros. Le fondateur de Megaupload avait été arrêté en janvier dernier dans sa propriété d'Auckland, l’opération de police était pilotée directement par le FBI. Placé en détention, il avait été libéré sous caution, un mois plus tard.


L’examen de la demande d'extradition exigée par les États-Unis devra attendre, l’audience convoquée par la justice néo-zélandaise est fixée au 25 mars 2013.

Dominique Desaunay
15/08/2012
Lu 964 fois







Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 6 Septembre 2013 - 16:49 Cyber surveillance, la NSA casse les codes

Jeudi 5 Septembre 2013 - 15:50 La cyber-guerre syrienne

Vendredi 25 Janvier 2013 - 17:32 Berk le logiciel anti récidive des États-Unis