Connectez-vous S'inscrire

Présidentielle 2012 : l'opacité du vote électronique


Pour les Présidentielles près de 1,5 million d'électeurs sont appelés à voter électroniquement. Le ministère de l'intérieur se refuse à communiquer les bureaux de vote concernés, présents dans 64 communes. Le vote électronique pose-t-il des problèmes de contrôle du scrutin et de transparence électorale ?



Vote électronique
Vote électronique
Les Etats-Unis, le Brésil ou l'Inde votent électroniquement grâce à des machines installées à cet effet.. D’autres pays après en avoir fait l’expérience, ont choisi de faire marche arrière... C’est le cas des Pays-Bas, dont 90% de la population votaient sur des machines, et qui privilégient aujourd’hui le bon vieux bulletin en papier dans l’isoloir...


Selon le site Numerama, 1,5 million de Français, soit quasiment trois fois la différence de voix entre Nicolas Sarkozy et François Hollande au premier tour de l'élection présidentielle sont soumis au vote électronique.


Il faut savoir que depuis 2008, les villes françaises ne peuvent plus s'équiper de ce type de machines. Mais voilà.. 64 communes de plus de 3 500 habitants, déjà équipées, imposent à leurs électeurs de voter sur des machines dont le fonctionnement serait pour le moins opaque d’après certains spécialistes qui reprochent à ce système un manque de sécurité notamment à cause de la mise en réseaux sur internet de ces machines qui n’offrent pas toutes les garanties de la validité des votes.


Rien n’est fait pour résoudre le manque de transparence autour de ce type de vote. Jusqu’au ministère de l'Intérieur qui se refuse à communiquer les bureaux électoraux concernés. Les recours juridiques ne semblent pourtant pas pouvoir empêcher l'utilisation du vote électronique . Le débat risque de rebondir en cas de score serré entre les deux candidats, surtout que pour les élections à venir le déploiement du vote électronique par internet ou par mobile est préconisé par l’Europe...


voteelec par Numerama

Chantal Enguehard, maître de conférence au Laboratoire Informatique de Nantes Atlantique (LINA ) et experte du vote électronique, explique à Numerama, pourquoi l'opacité des machines est vivement critiquée, et critiquable

chantal_enguehard_la_controverse_des_machines_a_voter_en_france__memoire_de_master_2_de_l__ecole_des_hautes_etudes_en_sciences_sociales_soutenu_le_14_septembre_2011.pdf Chantal Enguehard La controverse des machines à voter en France Mémoire de Master 2 de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales soutenu le 14 septembre 2011.pdf  (18.62 Mo)


votes_electroniques_et_transparence_electorale.mp3 Votes électroniques et transparence électorale.mp3  (1017.96 Ko)



Dominique Desaunay
02/05/2012
Lu 1637 fois







Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 6 Septembre 2013 - 16:49 Cyber surveillance, la NSA casse les codes

Jeudi 5 Septembre 2013 - 15:50 La cyber-guerre syrienne

Vendredi 25 Janvier 2013 - 17:32 Berk le logiciel anti récidive des États-Unis