Connectez-vous S'inscrire

Sarkozy pour la fin des "paradis numériques"


Nicolas Sarkozy a lancé aujourd’hui à Marseille un appel à une coopération internationale dans la lutte contre le piratage des œuvres culturelles sur internet et accusé le Parti socialiste de prôner un "désarmement unilatéral" en voulant supprimer l’Hadopi.



Voeux à la Culture et la fin des "paradis numériques"
Voeux à la Culture et la fin des "paradis numériques"
A l’occasion de ses vœux au monde de la culture, Nicolas Sarkozy s'est réjoui que plusieurs pays aient suivi la France en se dotant de tels dispositifs de lutte contre le téléchargement illégal. "Il faut aller plus loin, la coopération entre Etats est nécessaire, car ce qui est en cause c'est la lutte contre les sites de streaming ou de téléchargement illégaux installés dans des paradis numériques".

Le chef de l’Etat français est revenu sur la fermeture la semaine dernière par le FBI américain de Megaupload.com, un des plus importants sites de partage en ligne et l'arrestation de ses dirigeants.


Nicolas Sarkozy a estimé qu'on était "en présence d'une économie mafieuse". Selon lui "La révolution numérique serait destructrice si les créateurs devaient en assumer le prix à travers l'expropriation de leurs droits". Puis il a réitéré son opposition à la licence globale, c’est-à-dire la rémunération forfaitaire des auteurs en fonction des téléchargements de leurs œuvres, parce qu’elle signifie qu'"on prend tout au créateur, on lui rend un peu, on le vole d'abord on l'achète ensuite".


Bien sûr, Nicolas Sarkozy a défendu le bilan de la loi Hadopi qui, depuis sa mise en œuvre début 2010, a permis de déclencher selon lui un "cycle vertueux". La conséquence en a été que "le piratage 'peer to peer' a diminué en France beaucoup plus fortement que dans tous les pays comparables, le chiffre d'affaires de l'offre légale a bondi et la France a rattrapé son retard puisque la musique numérique représente désormais 25% de notre marché."


Nicolas Sarkozy s'est déclaré "sidéré d'entendre certains dire que la loi Hadopi doit être abrogée", faisant référence à François Hollande, le candidat socialiste à la présidentielle, qui a annoncé son intention de la supprimer. "On l'abroge d'abord et après, bien après, on verra, on prendra le temps de dégager une solution consensuelle, bref on nous demande de pratiquer un désarmement unilatéral à l'égard du piratage", a-t-il déclaré. "Si j'ai compris, il faudrait renoncer pour la pire des raisons, c'est qu'il y a un risque de faire de la peine aux jeunes (...) c'est simplement la facilité, toujours la facilité encore la facilité : dire oui, puis oui, puis oui et encore oui parce que pour dire non il faut un minimum de courage."


On rappelle que François Hollande a déclaré lors de son grand meeting au Bourget que la loi, qu'il a jugée inapplicable, serait "remplacée (...) car il faut un cadre pour fixer les droits de chacun".

Dominique Desaunay
24/01/2012
Lu 822 fois







Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Janvier 2013 - 12:52 Le CNN 2.0 est annoncé

Vendredi 11 Janvier 2013 - 16:59 Manif pour Tous, bataille rangée sur le web