Connectez-vous S'inscrire

Tunisie, la révolte s'organise sur Internet


Alors que la censure exercée par le pouvoir tunisien bloque l'accès aux informations sur les émeutes, un groupe d'«Anonymes» attaque depuis plusieurs jours des sites gouvernementaux.



CENSURE
CENSURE
En Tunisie, où la gronde sociale se propage dans les villes et les campagnes depuis la mi-décembre, après l'immolation d'un vendeur ambulant, les internautes se heurtent à la censure imposée par le président Zine El Abidine Ben Ali,  d’abord aux médias tunisiens mais également à plusieurs sites d'informations étrangers.


Des articles de France 24, du Nouvel Observateur, de l'Express, mais aussi de la BBC ou encore d'Al Jazeera étaient inaccessibles en début de semaine


La main mise du pouvoir sur les médias et sur Internet est connue et déjà maintes fois dénoncée dans le classement sur la liberté de la presse dans le monde établi par RSF, Reporters sans frontières. 


Depuis mi-décembre, les réseaux sociaux, ont joué un rôle capital dans la transmission d'informations au début des émeutes. Pour Facebook, qui compte près de deux millions d'utilisateurs dans le pays, dont l’accès n’a pas été totalement bloqué, une stratégie de blocages ciblés a été mise en place. Les internautes sont ainsi nombreux à ne plus pouvoir accéder à leur compte Facebook, Twitter ou encore Gmail


Toutes ces mesures n'ont pas suffi à décourager les internautes bien décidés à s'exprimer. Une riposte s'est organisée sur la toile via le groupe «Anonymous» un groupe d'internautes attachés à la liberté d'expression, qui a bloqué l'accès à plusieurs sites officiels et gouvernementaux ces derniers jours. Mercredi, des cyber-attaques ont visé le site de l'agence tunisienne de l'Internet, celui du gouvernement tunisien ou encore celui de la banque Zitouna.

Les anonymous


Dominique Desaunay
07/01/2011
Lu 1109 fois







Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 11 Octobre 2013 - 16:48 Les Fab Lab africains réinventent l’imprimante 3D

Mardi 15 Janvier 2013 - 10:20 Grand Corps Virtuel ou le voyage immobile