Connectez-vous S'inscrire

Virus informatique : Le retour de Flame


Soupçonné par les experts en sécurité d'avoir été créé par les États-Unis et Israël afin de contrer le programme nucléaire iranien, une nouvelle version du virus informatique Flame vient d’être repérée dans des ordinateurs en Iran, au Liban et en France.



La firme russe Kaspersky Lab a baptisé la nouvelle version du virus tueur d'industrie "miniFlame " qu'elle décrit comme "un programme nuisible petit et très flexible, conçu pour voler des données et contrôler des systèmes infectés au cours d'opérations de cyberespionnage ciblées".


Selon la firme miniFlame est basé sur "la même plate-forme structurelle que Flame" et plus inquietant, la nouvelle version peut fonctionner seule ou en duo avec son grand frère lors  "d'opérations massives d'espionnage".
  

Alexander Gostev, expert en chef de la sécurité chez Kaspersky Lab, estime que le degré de précision du virus le destine à mener des "attaques chirurgicales" et indique que  50 à 60 attaques ont déjà été réalisées grâce à miniFlame dans le monde. On le retrouve au Liban, en France, aux États-Unis, en Iran et en Lituanie. "Nous pensons que les développeurs de miniFlame ont créé des dizaines de modifications sur le programme", précise Kaspersky.


Petit rappel.. Entre 2009 et 2010 le virus informatique Stuxnet  qui avait perturbé le fonctionnement des installations nucléaires iraniennes a fait couler beaucoup d’encre. Puis, le spécialiste russe de la lutte antivirus Kaspersky Lab  nous avait annoncé l’arrivée de Flame,  vingt fois plus puissant que Stuxnet..


Pour mémoire, ces agents malveillants peuvent détecter dans les ordinateurs des applications industrielles comme celles du groupe Siemens  en visant les produits WinCC-PCS7, qui contrôlent des sites stratégiques tels les oléoducs ou les centrales électriques dotées des systèmes SCADA.


Les Etats-Unis sont soupçonnés avec Israël d'avoir lâché ces virus contre les installations nucléaires de Téhéran . Ces attaques ont été un succès total, elles ont permis, aussi bien qu' un bombardement de retarder efficacement le programme nucléaire iranien. Mais un virus informatique ne s'eradique jamais vraiment des machines qu'il infecte, comme pour le biologique, on vaccine l’ordinateur, et des mutations du virus sont toujours à craindre...


Le retour de Flame dans sa version mini en est la preuve et le risque que ces virus échappent à leur créateur et se répandent dans tous les systèmes informatiques industriels de la planète est bien réel... Des dégâts cyber-collatéraux en quelque sorte !

Dominique Desaunay
15/10/2012
Lu 772 fois







Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 6 Septembre 2013 - 16:49 Cyber surveillance, la NSA casse les codes

Jeudi 5 Septembre 2013 - 15:50 La cyber-guerre syrienne

Vendredi 25 Janvier 2013 - 17:32 Berk le logiciel anti récidive des États-Unis