Connectez-vous S'inscrire

World Association of Newspapers : les journaux papier tiennent bon face à internet


Le journal imprimé reste devant internet avec chaque jour 2,3 milliards de lecteurs dans le monde contre 1,9 milliard de personnes qui s'informent en ligne, a annoncé hier à Vienne La Fédération mondiale des quotidiens (World Association of Newspapers, WAN/IFRA).



WAN/IFRA
WAN/IFRA
A l'occasion de son 63e congrès, qui se termine le 15 octobre, la WAN a publié son analyse des "Tendances d'évolution de la presse dans le monde" ("World Press Trends ").


On y apprend que, y compris dans le domaine de la publicité, la presse écrite est encore en tête , même si la crise économique mondiale a fait chuter les recettes publicitaires des journaux d'un quart de 2004 à 2009.


Mais cette baisse s'est ralentie avec seulement -3% de 2009 à 2010. Au cours de l'année écoulée, elles ont même légèrement augmenté en Europe de l'ouest, aux Etats-Unis et dans la zone Asie-Pacifique.


En 2010, il existait de par le monde 14.853 titres, environ 200 de plus qu'en 2009. Le tirage global a pourtant légèrement diminué, de 528 millions d'exemplaires en 2009 à 519 millions en 2010. Les progressions sont nettes dans les pays émergents avec, au cours des cinq dernières années, +16% dans la région Asie-Pacifique, +4,5% en Amérique latine. En revanche, en Europe de l'ouest, il y a eu une régression de 11,8% et en Europe de l'est de 10%. Et en Amérique du nord, la chute a même été de 17%. Le tirage moyen d'un journal dans le monde est faible, avec seulement 17.000 exemplaires.


La WAN note une inversion de tendance sur le marché des journaux gratuits, qui n'existent pratiquement pas en Asie: de 34 millions d'exemplaires en 2008, la diffusion est tombée à 24 millions en 2010: "Le pic de progression est derrière nous", a souligné le Directeur général de la WAN, l'Allemand Christoph Riess.


Savez-vous que le pays où on lit le plus de journaux est l'Islande, avec un taux de pénétration de 96% de la population, devant le Japon (92%).


L'Indien Jacob Mathew, le président de la WAN, croit ferme dans l'avenir du journal imprimé: "Tant que les contenus seront bons, alors les journaux auront du succès". Il ne croit surtout pas à la mort du journal papier dans un délai de 20 à 40 ans: "Je ne crois pas à ces pronostics. Nous devons être présents sur toutes les plates-formes -- journal imprimé, internet, tablette ou téléphone mobile -- mais l'une ne remplacera pas l'autre".



Dominique Desaunay
14/10/2011
Lu 837 fois